Jean-Philippe Nuel

J’ai co-organisé avec le Journal des Palaces une table ronde sur le thème « Les mutations des rénovations des hôtels haut de gamme et des hôtels de luxe ”.

Jean-Philippe Nuel designer et directeur de l’agence Nuel architecture & décoration d’intérieur, Olivia Putman, designer et directrice du Studio Putman, et Max Flageollet, Directeur de ligne Roset Contracts ont été invités à participer à cette table-ronde.

Je vous propose de découvrir 3 entretiens avec ces personnalités autour des mêmes questions afin de partager leur point de vue. Je vous propose de lire celui de Jean-Philippe Nuel :

Entre la décoration du premier hôtel Baccarat à DubaÏ, un hôtel Taj en Inde, le Grand balcon, un boutique hôtel à Toulouse et la transformation du Palais de Justice de Nantes, les projets de Jean-Philippe Nuel se suivent mais ne se ressemblent pas. Cependant ils ont un point en commun : Il s‘agit d’hôtels de luxe, domaine dans lequel Jean-Philippe s’est affirmé ces dernières années comme l’une des nouvelles valeurs internationales. Ses projets ont en commun une élégance, une modernité affirmée mais aussi toujours une pointe d’impertinence et de glamour.

Quelle différences apportez-vous à un 4 étoiles et un 5 étoiles quand vous êtes en charge de sa rénovation. Quelles sont les différences en terme de produit et d’architecture ? Qu’est ce qui va changer concrètement dans la façon de refaire une chambre par exemple?

Agence Nuel_Avenue Lodge_chambre
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Chambre d’hôtel

Pour moi entre 5* et 4*, il n’y a pas à proprement parler pas de points de rupture, mais plutôt une somme de détails qui vont faire évoluer le caractère luxueux de l’hôtel. Les détails peuvent toucher le choix de matériaux (avec un choix de matières perçues plus nobles pour un 5* : des cuirs véritables, des tissus, etc…), la notion d’espace est également importante mais aussi les services offerts, les technologies proposées…

L’unicité de l’aménagement avec des œuvres d’art également, la présence de pièces uniques de mobilier ou encore le travail d’artisans avec des savoir-faire rares sont des vecteurs du luxe.

On voit donc la multitude d’éléments qui permettent de positionner un hôtel entre 4 et 5 étoiles.

La révolution de ces 10 dernières années et que le code du luxe (5*) ne passe plus nécessairement par l’emploi d’un code classique avec des meubles de style. D’une façon pratique, lors d’une rénovation pour changer de catégorie, il convient de se procurer les barèmes de points permettant de voir l’ensemble de critère pris en compte et donc d’organiser ses travaux de façon à accumuler le maximum de points.

En quoi le développement durable vous influence dans le choix des matériaux et dans le design de l’hôtel ?

Agence Nuel_Renaissance le Parc Trocadéro
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Renaissance le Parc Trocadéro

Le développement durable s’articule autour de 3 axes :
a.       La prise en compte de l’orientation pour concevoir l’architecture du bâtiment
b.      Les choix technologiques en matière de chauffage, ventilation, électricité, traitement des eaux usées…

c.       Le choix des matériaux possédant eux-mêmes des labels.

Les 2 premiers critères sont avant tout développer par l’architecte. Le troisième relève plus du travail de l’architecte d’intérieur.
Concernant le design, je cherche dans certains projets où le développement durable est un axe important, à exprimer cette idée dans l’expression même de l’architecture intérieur. On peut parler dans ce cas de « green design », le développement durable n’est plus seulement une affaire de normes, mais il donne aussi du sens au projet, permettant une communication instinctive pour les utilisateurs.

Comment peut se traduire l’art de recevoir à la française dans la rénovation ou la construction d’un hôtel? En quoi l’art de recevoir à la française peut-il influencer l’architecture ? Avez-vous un exemple ?

Agence Nuel_Hôtel MGallery à Trouville
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

MGallery à Trouville

J’ai plusieurs fois été surpris à l’étranger par des commentaires plutôt positifs de clients disant : «  c’est typiquement français ». Il pouvait s’agir du détail d’un tissu, d’une association de matériaux ou encore de l’atmosphère globale d’une réalisation.

Ce qui m’intéresse c’est que ces éléments ne sont toujours pas volontairement mis en œuvre pour signifier « cette élégance à la française ». Je crois en fait que chaque pays a encore une culture propre qui s’exprime naturellement dans une multitude de domaines créatifs.

C’est le résultat d’une culture profonde, d’un environnement qui, au fil des années, imprègne et façonne chaque personne des particularités qui, je l’espère, pourrons perdurer à l’heure de la mondialisation.

 

Merci de partager cet article publié sur DELPORTE Hospitality MAG auprès de vos amis :

Tags: , , , , , , , , , , , ,