Olivier Lapidus et EQUIPHOTEL

J’ai rencontré Olivier Lapidus dans le cadre de la préparation du salon EQUIPHOTEL. Olivier est un couturier, un designer, un inventeur, une personne clef dans la réalisation d’un hôtel.

Il y a quelques mois, j’avais abordé le thème de « l‘hôtellerie haute Couture« . Olivier Lapidus a réalisé l’hôtel Félicien. Il apporté son style, ses innovations (tissus tissé de fibres optiques), et son regard différent sur l’hôtellerie. C’est un véritable atout pour l’hôtel de bénéficier d’un tel regard et d’une signature.

Dans le cadre du Salon EQUIPHOTEL, il prépare la suite 302 du room studio. Je vous encourage à la visiter la « nuit couture« . Vous pourrez expérimenter cette suite dans une ambiance nocturne où la lumière prendra tout son sens. Il mettra en avant toute la noblesse de l’artisanat et apportera toute la technologie nécessaire placée sous le signe du confort et de bien être pour le client. Cette chambre de tous les contrastes sera une source d’inspiration et un nouveau regard « haute couture » de l’hôtellerie. Je serais présent dès dimanche pour voir cela. Ne manquez pas cette visite incontournable du salon EQUIPHOTEL.

La France avec son histoire, ses traditions, son goût pour la magnificence a développé au fil des siècles un savoir faire architectural hôtelier créant ainsi son art de recevoir. Quelle est votre propre définition ou votre vision de l’art de recevoir à la française ? Qu’est ce qui le caractérise ?

L’Art de recevoir est l’indice d’une époque. Dans « La recherche du temps perdu », Françoise (la cuisinière de Tante Léonie) est une bombe culinaire. Elle maltraite sa seconde (les grands chefs ont parfois mauvais caractère) mais symbolise à mes yeux une des clefs du génie Français. L’Art de recevoir, comme le gout français codifié et sociétal, se trouve du côté de Guermantes.

 Aujourd’hui nous allons en jean à l’Opéra mais nous présentons des robes de Haute Couture. C’est cette dualité qui m’intéresse : Les anciens et nouveaux métiers, les fibres optiques des rideaux du Félicien et la pure laine des tapis de la suite 602.

Mais l’art de recevoir c’est avant tout l’accueil : le sourire et la politesse sont le passeport du savoir vivre.

Quelle est votre vision de la chambre d’hôtel ?

J’ai passé une grande partie de ma vie professionnelle dans les hôtels. A Tokyo d’abord où je pouvais rester deux à trois mois au Hilton qui est devenu le Capitol Tokyu sur la colline d’Akasaka près du temple … Ensuite en Chine, à Pékin dans les années 2000 au Saint Régis … mais pour le Japon c’est à 10 ans que j’accompagnais mon père dans ses voyages en Asie: j’ai attrapé à cette période le virus des hôtels puis, à part les deux grandes périodes Pékin et Tokyo, ce furent des tours du monde dans tous les sens pour accompagner ma haute couture avec une bonne centaine de défilés de Moscou à Buenos Aires, de Sao Paulo  à Vilnius…

salon Equip'hôtel, Chambre Olivier Lapidus

Une des chambres de l’hôtel Félicien

 

Dans ces conditions tout compte dans un hôtel: d’abord l’atmosphère, le premier contact, l’accueil, le sourire, puis l’ascenseur la qualité perçue, les détails comme les draps, le sol, le lit ( très important le lit ! confortable ? assez grand ? les oreillers etc…) l’ergonomie : tout est il à portée de main? Le numéro de la réception marche t il quand j’appelle ou sonne t il dans le vide ? 

Donc ma vision d’une chambre d’hôtel  c’est une foule de détails, comme un puzzle, c’est un esprit général : ce n’est pas un seul point, un peu comme un tableau impressionniste qui demande un peu de recul pour comprendrel’ensemble …

C’est avant tout la cohérence, l’ergonomie, le silence, une douceur ouatée.

Comment souhaitez-vous réinventer la chambre d’hôtel  ?

Je prends l’exemple de mon nouveau né, (!) le Félicien :

Tout est fait pour le client final, chaque détail doit être ré-inventé, la douceur des éclairages des douches avec les tissus lumineux encapsulés dans un pan de mur de verre, la hauteur des petites tables de nuit affleurante au lit, la douceur des tapis pure laine en descente de lit, l’éclairage raffiné et positionné à des endroits très précis pour le pas « écraser » l’ambiance de la chambre, un peu comme dans une galerie, la qualité et le design cocooning des meubles fabriqués dans le sud de la France ou encore les moquettes tissées en Irlande chez Ulster Carpet avec une impression de perspective au sol dont chaque dessin a été calibré pour chaque chambre.

Chaque détail visuel, tactile, est calculé pour un bien être spontané du client mais aussi le silence qui règne dans la chambre lié au fait d’avoir choisi une technique de panneaux pour « mettre en scène » la partie textile des cuirs et des tissus. Les tableaux de soies peintes participent eux aussi à cet aspect « fini » de l’ambiance, comme une ponctuation. Quelque chose de reposant mais aussi un peu stimulant pour l’esprit, quelque chose de doux aussi.

 Cette imbrication entre quelque chose d’ultra classique et des points  high tech : c’est un peu ma marque de fabrique.

L’approche textile est aussi une sensibilité à part : la recherche de matériaux satinés, gaufrés, veloutés…

Le  « cross-fertilising » entre couture et design.

salon Equip'hôtel, OLIVIER LAPIDUS - RESTAURANT

Restaurant de l’hôtel Félicien

 

Quelle est votre conception de la gestion des différents espaces ?

Les hôtels sont des systèmes ouverts dans lesquels chacun veut avoir son espace… Je partage l’avis de Mario Polèse (Chercheur en économie urbaine à l’Institut national de recherche scientifique de Montréal) pour lequel « La ville modèle n’existe pas ». Un « hôtel modèle », en ce sens, est une utopie… mais si je devais rêver d’un espace idéal il faudrait qu’il soit un continuum, un fil d’ariane entre l’accueil, les parties communes, restauration et chambres mais avec une évolution d’ambiance (matières, couleurs, etc…)

Pouvez-vous nous décrire le projet de la suite 302 que vous allez exposer au salon EQUIPHOTEL ?

Je voudrais mettre en scène la nuit.

Tout un programme !! Ainsi s’achève la longue liste des interviews des projets les plus importants qui vont se tenir au Studio Contract du Salon EQUIP’HOTEL, alors je vous donne rendez-vous dès le Dimanche 16 Novembre à la Porte de Versaille. J’y serais et vous ? N’hésitez pas à me contacter et à participer à mes conférences !

salon Equip'hôtel, Olivier Lapidus

Olivier LAPIDUS


Biographie d’Olivier LAPIDUS

Né d’un père grand couturier et d’une mère mannequin, Olivier Lapidus est immergé très tôt dans l’univers de la mode. Diplômé de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne il est nommé Directeur Artistique des lignes masculines de Balmain de 1985 à 1986, puis s’envole pour le Japon où ses collections seront diffusées dans les 350 magasins du groupe Miki.

De retour en France en 1989, il est nommé directeur artistique de la Maison Lapidus et obtient le prestigieux Dé d’Or de la Couture en 1994.

En 2010, il lance la collection capsule LAPIDUS VINTAGE inspirée des archives de la Maison de couture éponyme.

En 2011, il dessine une ligne de lunettes (la Slack) pour E.B. Meyrowitz.

Sa création s’oriente vers le design, avec une ligne de meubles fabriqués en France et édités par d’Argentat.

En 2013, il crée le mobilier et signe la décoration de l’Hôtel Félicien : un univers raffiné, entre couture et design, puis se lance l’année suivante dans l’édition d’objets de décoration et d’accessoires.

 







Pour ne rater aucune actualité concernant l’hôtellerie de luxe, n'hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter
Partager
A propos de Laurent Delporte
Laurent Delporte

Expert en hôtellerie haut de gamme (4 étoiles) et luxe (5 étoiles & Palace), conférencier et consultant