Je vous présente aujourd’hui une interview de Réda Amalou, architecte décorateur qui est intervenu lors de la conférenceêtre ailleurs que chez soi” du Salon Maison et Objets en janvier dernier.

Réda travaille avec les plus belles marques d’hôtel (Four Seasons, Six Senses,…). 

Il nous livre sa vision sur cette notion et sur l’art de recevoir à la française, thème qui m’est cher et apporte son regard international.

1. Qu’entendez-vous par cette notion « Être ailleurs que chez soi »

Le voyageur d’aujourd’hui est averti, il a moins la nécessité d’être rassuré par l’environnement hôtelier. La notion de voyage est intégrée par le client qui recherche même cette « expérience nouvelle ». C’est encore plus vrai dans le luxe. Aussi la notion « être ailleurs que chez soi » revêt une dimension forte aujourd’hui. Elle est à la fois le voyage,  la découverte et aussi l’envie de vivre un moment mémorable. C’est pourquoi les hôtels rivalisent d’imagination pour inventer cette ‘nouvelle expérience’.

Dans nos projets d’hôtels de luxe, nous nous attachons à renforcer l’esprit du lieu pour créer un lien entre le voyageur et le site qui va au delà de l’hôtel lui même. Le projet s’inscrit dans une région, un pays, une culture, un climat… C’est l’interprétation et la juxtaposition de ces contextes qui donne du sens au projet et, surtout qui tisse ces liens avec le lieu. Ainsi, cette notion d’être ailleurs devient forte, en prise avec une culture locale, parfois lointaine et parfois proche, mais avec laquelle on aura la sensation d’un contact privilégié pendant un temps.

2. Pouvez-vous nous donner un exemple de l’une de vos réalisations qui va dans ce sens ?

Dans le projet du Nam Hai (un hôtel GHM) à Hoi An au Vietnam, cette démarche est très visible. En effet, nous nous sommes attachés à réinterpréter l’architecture traditionnelle Vietnamienne pour la retranscrire en une architecture contemporaine. Ainsi les Suites sont dessinées sur le modèle des maisons paysannes avec ses trois espaces identifiés: étable, espace de vie, cuisine. Nous les avons ré-inventés en espace de jour (intérieur – extérieur), espace nuit et bain (intérieur – extérieur).

La forme reste, mais le sens est modifié pour renforcer le lien avec l’extérieur. Aussi, l’espace de nuit est traité comme une plateforme centrale qui réuni toutes les fonctions de la chambre d’hôtel: couchage, bureau intégré, repos, baignoire. Les codes traditionnels incluent peu de mobilier, et l’élément principal est le lit/plateforme sur lequel on dort, mange, discute… Dans ce cas notre ré-interpétation reprend le sens, mais modifie la forme.

En revanche au Six Senses Con Dao, notre travail s’est centré sur l’ossature bois (un métier presque disparu au Vietnam), sur la nature et sur la réutilisation d’éléments anciens (2000 portes et volets anciens). On voit que l’approche est identique mais que le projet peut être très différent. C’est ce qui fait la richesse de cette approche.

3. Pensez-vous que l’art de recevoir à la française contribue à cet « ailleurs que chez soi » pour la clientèle internationale des grands hôtels ? Vos projets sont-ils empreints de cet art de recevoir à la française de part votre culture ?

Je pense que l’art de recevoir à la Française est un savoir faire reconnu internationalement. Il est une grande force, puisqu’il permet à des marques Françaises de rayonner dans le monde. En revanche, il est un modèle lié à la culture Française et prend tout son sens … en France.

Si nous pouvons choisir dans nos projets certains « traits » de ce savoir faire, nous n’hésiterons pas à l’intégrer à un contexte différent, culturel ou autre.

Ma culture est Française avant tout, c’est certain. Elle est aussi Algérienne par mes origines et Anglaise par mes études. J’ai donc intégré très vite une forme de « perméabilité culturelle » et je regarde le monde à travers ce prisme. Aussi je pense que notre travail à AW2 est empreint de cette « perméabilité ». Nous nous efforçons d’inclure les différentes cultures avec lesquelles nous sommes en contact dans nos projets.

Réda Amalou est Architecte et Designer. Il a étudié à Londres ou il est diplômé de la East London University. En 1997 il crée AW2, une agence d’architecture et d’intérieurs, à Paris. ‘The Nam Hai’ a été le premier hôtel de luxe dessiné par AW2. Depuis, elle a dessiné de nombreux projets d’hôtels et resorts pour des marques telles que GHM, Six Senses, Four Seasons ou Alila. Avec AW2, Réda Amalou a toujours choisi de concevoir architecture et intérieurs dans le même temps. Récemment, cette démarche s’est étendue à la création de mobilier et objets. Il signe aussi des créations pour Baccarat et Toulemonde Bochart et développe actuellement plusieurs projets pour d’autres éditeurs de design.

Vous souhaitez réagir sur cet article ? partagez l’une de vos expériences ? Vous avez une question ? N’hésitez pas à me contacter en m’envoyant un email en cliquant ici.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn

Laurent Delporte, éditorialiste et conférencier est un expert stratège du secteur de l’hôtellerie. Visionnaire, il apporte un nouveau regard sur l’hôtellerie au service des décideurs du secteur que cela soit au profit du développement de nouveaux projets ou de l’enrichissement de vision stratégique. Laurent a visité et audité plus de 400 hôtels à travers le monde et participé également à des enquêtes mystères pour contrôler la qualité des plus grands hôtels.

Merci de partager cet article auprès de vos amis :
  • 6
    Partages

Tags: , , , , , , , , , ,