Chronique d’une réinvention — dans les coulisses de la réouverture

En mai 2018, l’emblématique Hôtel Martinez rouvre ses portes au terme de 18 mois de travaux dont 4 mois de fermeture totale. Ce chantier une véritable renaissance pour cet hôtel iconique, en service depuis 1929. Nouveau positionnement, nouvelle image, nouvelle marque : c’est un Martinez intégralement réinventé qu’ont eu le plaisir de découvrir ses hôtes.

 « Ce n’est pas une rénovation, c’est une métamorphose »

 

Le Martinez 2.0 : « inclassable »

Une équipe en place depuis des années (certains collaborateurs sont là depuis 35 ans), une histoire vieille de presque un siècle, une notoriété qui n’est plus à faire… Tout portait à croire que la rénovation de l’Hôtel Martinez se bornerait à un dépoussiérage en bonne et due forme.

Et pourtant, c’est un nouveau Martinez, entièrement réinventé, qui a ouvert ses portes en mai 2018. Loin de se limiter à une banale redécoration, l’image et le positionnement de l’hôtel ont été entièrement repensés.

Un travail de longue haleine, porté par Alessandro CRESTA, Directeur Général de l’Hôtel Martinez de 2016 à 2019. L’hôtel a fait l’objet d’un audit rigoureux, une « introspection » pour définir son ADN, son âme, et le différencier de la rude concurrence cannoise.

Le résultat ? « Un hôtel iconique, chic mais décontracté, ouvert sur la nature », explique Alessandro CRESTA.

Entre tradition et modernité, le Martinez reste malgré tout fidèle à ses racines, teintées depuis les origines d’un soupçon d’avant-gardisme. Alessandro CRESTA raconte : « le Martinez était un hôtel précurseur, avant-gardiste, l’un des premiers où les femmes se mettaient en bikini sur la plage dans les années 30». C’était aussi l’un des premiers dans la région à rester ouvert toute l’année : à l’époque, on ne venait pas à Cannes en été, on venait à Cannes en hiver. Et c’est le Martinez qui a cassé les codes ».

Aujourd’hui, cet esprit, un brin à contre-courant, l’hôtel compte bien le garder : « au Martinez, les gens sont très décontractés, pas besoin de mettre une veste pour aller au restaurant excepté au restaurant gastronomique La Palme d’Or ».

Pour porter sa nouvelle identité plus haut, l’hôtel a rejoint la marque « The Unbound Collection by Hyatt », créée en 2016. « Unbound signifie par définition inclassable, explique Alessandro CRESTA. Dans la collection « Unbound », il n’y a pas de standards, cela laisse une certaine liberté ».

En octobre 2018, The Unbound Collection by Hyatt compte déjà 13 hôtels, dont deux en France (le Martinez et l’Hôtel du Louvre) et 8 en Amérique du Nord. Et la marque ne compte pas s’arrêter en si bon chemin…

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn

Hotel Martinez, le lobby

« Reconstruire plutôt que rénover »

Alessandro CRESTA insiste : « ce n’est pas une rénovation, c’est une métamorphose ». Le béton et les murs porteurs : voilà tous les vestiges de l’ancien Martinez. Le nombre de chambres aussi demeure inchangé. Le reste est flambant neuf. Une enveloppe budgétaire de 150 millions d’Euros a été consacrée pour ce chantier de grande envergure.

C’est l’architecte d’intérieur Pierre-Yves Rochon qui signe la décoration. Ce nom fait d’ailleurs ressurgir de vieux souvenirs : c’est lui qui avait conçu la décoration de « La Palme d’Or », restaurant emblématique de l’hôtel, tout au début de sa carrière. « Pierre-Yves Rochon est arrivé avec un projet qui a séduit tout le monde, raconte Alessandro CRESTA. Il a gardé l’esprit art déco, et l’a entièrement repensé. Il en a modernisé les codes et les couleurs ».

Dans des tons très lumineux de blanc, de bleu et de jaune rappelant les couleurs de la Méditerranée, l’hôtel affiche désormais un style rétro, années 1930, saupoudré d’une savante dose de technologie moderne, cela va sans dire.

Une promesse : « freedom to be extraordinary »

« Freedom to be extraordinary » (la liberté d’être extraordinaire), c’est la promesse de marque de ce Martinez 2.0. Le but : marquer, toucher, laisser un souvenir inoubliable.

Et pour ce faire, l’hôtel a plus d’une corde à son arc : « Le Jardin », un nouvel espace extérieur ouvert sur la Croisette , une nouvelle plage privée qui sera révélée au printemps 2019… Et toujours la marque de fabrique du Martinez, le « capital humain » : « lorsque le client arrive à l’hôtel, le bagagiste le salue par son nom. Et puis, les barmans connaissent tous les clients, y compris les stars. Si vous voulez rencontrer une célébrité, demandez aux barmans : ils ont leurs numéros de téléphones portables », s’amuse Alessandro CRESTA. « Toutes ces petites expériences, mises bout à bout, créent un séjour mémorable ».

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn

Une expérience gastronomique exceptionnelle

Sans grande surprise, La Palme d’Or, le restaurant iconique 2 étoiles Michelin du Martinez 2.0, reste inchangée. Mais la ressemblance de ce nouveau Martinez avec l’ancien s’arrête là. Pour le reste, l’offre gastronomique a été complètement revisitée et s’articule autour de trois nouveaux espaces :

  • La Version Originale. Au menu : les saveurs s’inspirent des traditions culinaires à travers le monde, revisitées avec les produits du terroir et de la Méditerranée.
  • Le Jardin du Martinez, dont la terrasse en pavés et la fontaine centrale donnent une allure de place de village provençal agrémentée de chênes-lièges, où les palmiers font la carte postale de la Côte d’Azur et où pomelos, myrtes, citronniers et plantes aromatiques parfument et subliment ce lieu unique. Le Jardin donne la réplique à ‘Version Originale’ dont il partage le menu.
  • Le Martinez Bar, où des barmans vêtus de velours bleu côtelé, chaussures bateau aux pieds et foulard au cou, servent des cocktails audacieux.

Ces trois nouveaux lieux, le Martinez les a voulus expérientiels : chariot à gin, brouette à champagne et soirées guinguette ajoutent une touche vivante et décontractée à l’expérience gastronomique.

Le Martinez, un hôtel qui se décline au pluriel

Il y a en fait deux Martinez : le Martinez de l’été et le Martinez de l’hiver.

« L’un des fondements du Martinez, c’est aussi la diversité de notre clientèle », souligne Alessandro CRESTA.

L’été, l’hôtel accueille une clientèle loisir et haut de gamme. Pendant la basse saison, ce sont les conférences et les séminaires qui le font vivre. L’hôtel possède en effet des infrastructures de 2500 m² dédiées au MICE, 15 salles de réunion modulables.

La force du Martinez réside donc aussi dans son adaptabilité : « Entre les exigences d’une clientèle loisir, qui sont très pointues, et les exigences d’une clientèle-conférence, moins sophistiquée, mais adepte de rapidité et d’efficacité, Les équipes de l’hôtel doivent savoir très vite s’adapter ».

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn

Le Jardin du Martinez Cannes – Hôtel Martinez

Merci de partager cet article auprès de vos amis :