Les Experts — 5/04/17

Hôtel et la Thalassothérapie

Le centre de thalassothérapie de Quiberon, l’un des précurseurs de la Thalassothérapie

Rencontre avec Marie-Cécile Blanchard, directrice de l’institut de Thalassothérapie Sofitel de Quiberon

Quand je travaillais au sein de SOFITEL, l’hôtel Sofitel Quiberon jouissait d’une grande renommée et d’une expertise dans l’art de la Thalassothérapie. De nombreuses personnalités et stars séjournent dans cet hôtel à la recherche de bien-être. C’est aussi un hôtel précurseur en terme de restauration en abordant dès les années 70 la cuisine diététique. Alors tout naturellement, je voulais en savoir plus et j’ai eu le plaisir de séjourner à l’hôtel et découvrir le centre de Thalassothérapie. A quelques heures de train de Paris, vous vous retrouvez au bord de la mer été comme hiver, sur les terres de Bretagne du sud où le soleil est souvent présent. Tout vous invite au repos, au recueillement et à prendre soin de vous.

Pouvez-vous nous présenter la Thalassothérapie et son origine française ?

La Thalassothérapie est née ici à Quiberon le 11 mai 1964. Nous sommes dans le berceau de la thalasso. A l’époque, Louison Bobet (cycliste professionnel, 1925-1983), à la suite d’un accident de voiture, fait sa rééducation à Roscoff à l’aide de l’eau de mer. Lorsqu’il découvrit les bienfaits de l’eau de mer, il décida de démocratiser son utilisation afin que chacun puisse en bénéficier.

En 1964, il n’y avait quasiment rien à Quiberon à part l’Ocean Bar et la Baie. Il n’y avait que ce café (qu’il appelait d’ailleurs sa cantine), et uniquement un centre de soins. Les gens venaient pour se soigner et repartaient directement. En 1969, la première partie de l’hôtel Thalassa fut construite puis en 1973, la partie diététique de l’hôtel a été créée pour étendre cette activité.

Outre le cyclisme, une des passions de Monsieur Bobet était l’aviation. C’est à partir d’un survol de l’île qu’il a décidé de construire cet endroit sur cette ile. En conséquence, il allait ensuite chercher les clients à Paris dans le monde des peoples et les ramenait en avion. Quiberon a alors commencé à accueillir la jet set alors qu’il ne s’agissait, à l’origine, que d’un village de pêcheurs. 

En 1964, il n’y avait qu’un centre de thalassothérapie. Aujourd’hui, cinquante-deux ans plus tard, il y en a 54 en France. Donc oui, la thalassothérapie est très française. Il y a quelques Thalassothérapie à l’étranger avec Thalassa Sea & Spa, comme par exemple à Bahrain, Agadir, ou Timi Ama. Il n’y en a pas encore dans le Pacifique.

La Thalassothérapie est un véritablement un produit français avec des protocoles de soins élaborés par des groupes de recherche composés de médecins et de kinésithérapeutes.

Sofitel Thalassa Quiberon

Le centre de thalassothérapie au Sofitel Quiberon 

Pensez-vous que la thalassothérapie est un modèle exportable ? 

Bien sûr ! il faut d’une part être en mesure de développer les installations de pompage et les infrastructures nécessaires. D’autre part, il est nécessaire de vérifier la qualité de l’eau. Il faut souligner que la mer et sa composition riche en oligoéléments en raison de la fonte d’algues, est un élément essentiel pour créer un centre de Thalassothérapie. Il faut donc vérifier que la composition en oligoéléments de la mer est correcte et que ceux-ci enrichissent bien le corps comme ils le font dans nos régions avec l’atlantique, la manche et la méditerranée. L’air vivifiant de la Bretagne reste quand même une référence.

La mer morte, par exemple, a beaucoup de bienfaits. L’élément qualitatif de l’eau est ici essentiel, une mer trop chargée et trop agressive peut attaquer les peaux. Dès lors qu’il y a de l’eau de mer, la Thalassothérapie peut se développer dans le monde entier.

 

Pour vous, quelle est votre vision de l’art de recevoir à la française au sein de votre centre de Thalassothérapie ?

L’art de recevoir aujourd’hui, c’est prendre le temps d’écouter les personnes et de personnaliser leur séjour. D’autant plus dans le cas de la thalassothérapie où nous rentrons dans leur intimité. En conséquence, établir de la confiance en écoutant la personne est essentielle. L’art de recevoir à la française, c’est entourer le client d’une chaleur et d’une courtoisie très respectueuses sans toutefois aller dans la familiarité.

Dans la Thalassothérapie, il y a une globalité : au Sofitel, le client sait qu’il va bien dormir, bien manger et qu’il va pouvoir prendre soin de soi. Il y a donc une déconnexion du mental et du corps. La Thalassothérapie permet à votre corps de reprendre son dominant sur le mental. Le fait d’être dans des eaux à 33 ou 34°C vous détend musculairement et votre mental se relâche. Le corps se manifeste et parle. Quand le mental commence à faiblir, il faut se ressourcer. Après une Thalasso, le client sort fort physiquement et le mental remonte. L’art de recevoir dans la Thalassothérapie s’inscrit donc dans une démarche de bien-être.







Pour ne rater aucune actualité concernant l’hôtellerie de luxe, n'hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter
Partager
A propos de Laurent Delporte
Laurent Delporte A

(1) Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *