L’hôtel des réunions internationales

Lors de mon séjour à Dakkar au Sénégal, j’ai visité l’hôtel King Fahd Palace et j’ai eu le plaisir de rencontrer Pierre M’bow, directeur général de cet hôtel. C’est un hôtelier de grande qualité qui vient de reprendre la direction du plus grand hôtel de la ville de Dakkar.

Art de recevoir

Pierre M’bow

 

Cet hôtel est le lieu idéal pour des réunions internationales de chefs d’Etat. Il dispose de l’un des plus grands centres de conférence de l’Afrique centrale. Entouré de jardins, l’hôtel King Fahd Palace est situé sur la péninsule des Almadies, à l’extrémité de la côte ouest du Sénégal en bord de mer. L’hôtel a besoin d’être rénové mais il reste un incontournable des hôtels de Dakkar.

King Fahd Palace Hotel chambre

Une chambre au King Fahd Palace Hotel

 

Quel est pour vous l’art de recevoir africain ou plus spécifiquement l’art de recevoir sénégalais ?

L’art de recevoir passe par la Terranga sénégalaise, le « savoir accueillir » mais nous ne pouvons pas nous arrêter à l’accueil. Il faut connaître le « savoir servir ». Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas ce qu’est un hôtel. Il faut l’expliquer par l’histoire. C’est au XVIIème siècle que nous avons désigné un lieu où l’on hébergeait des gens moyennant une rémunération un « hôtel ». C’est aussi à cette époque que nous avons donné le nom de restaurant aux endroits où nous servions un bouillon contre une rémunération.

L’art de recevoir, c’est savoir accueillir pour moi. C’est savoir mettre les gens dans un certain confort. Il y a de cela quelques années, les clients pouvaient tolérer et accepter des maladresses ou des défauts dans un hôtel. Aujourd’hui, avec la concurrence, les clients ne l’acceptent plus, parce qu’il est possible pour eux d’aller ailleurs.

Pour faire un hôtel, il faut des produits, pour faire un accueil, il faut des ressources humaines. Quand je regarde l’hôtellerie au Sénégal du passé, les gens avaient besoin de dépaysement total. Je pense qu’il faut accueillir les gens différemment, mais adapter les produits à leurs besoins. Ils ont besoin de confort et de sécurité.

Quand je regarde les établissements que nous avons à Saly, le produit a été malheureusement tiré vers le bas. Il y avait beaucoup de clients dans cette zone touristique au départ. Les ressources humaines sont un point faible. Il y a un manque de formation au niveau des équipes. Ce qui est difficile pour le personnel, ce n’est pas de sourire, mais d’arriver à ramener le client à la raison lorsqu’il perd son calme avec le sourire. Là est le talent, c’est inné, aucune formation ne peut vous apporter ça. En Afrique, nous avons le sourire mais nous avons tendance à oublier à quel point il est important. Pourquoi le sourire est-il si important ? Parce qu’une personne qui sourit, c’est qu’elle arrive à mettre de côté tous ses soucis… Cela rassure. De plus, le collaborateur transmet ainsi une émotion.

King Fahd Palace Hotel événement

hôtel King Fahd Palace

Quels sont les éléments africains que vous ne trouverez qu’ici et pas dans les hôtels internationaux ?

Il y a toujours une touche locale qui est très importante dans notre hôtel. Pour la rénovation de l’hôtel, nous avons fait appel à des entreprises locales. Le Sénégal compte de nombreux stylistes et designer et de nombreux talents. Notre seul souci est celui de respecter les normes ! Nous intégrons des produits locaux mais le jour où nous avons le moindre problème, l’assurance va venir vérifier que toutes les normes de sécurité aient été respectées. Il faut donc veiller au respect des normes et intégrer au fur et à mesure les artisans et entreprises locales.

Dans la carte du restaurant bien entendu, vous trouverez des plats locaux. Certains plats par exemple, comme le soupokandja (soupe kandia) ne sont pas faits pour des non-connaisseurs alors nous donnons toujours le choix entre différents plats en fonction de nos clients ! Au petit déjeuner, j’ai intégré des produits locaux comme le tiakri, du lait caillé ou les beignets de mil. Je demande aux artistes aussi de me faire des propositions qui sont intégrées dans les hôtels.

A Noël par exemple, tous les hôtels au Sénégal avaient choisi de faire un Sapin, j’avais décidé de mettre un baobab avec en guise de décoration les animaux de la savane. Des télévisions sénégalaises et françaises l’ont filmé… « Noël sous les tropiques » disaient-elles !

Nous pouvons faire plein de choses pour promouvoir l’authenticité de notre région. Les clients ont besoin de découvrir autre chose et d’être dépaysé. Mais, il ne faut pas exagérer et tomber dans le folklore. Il faut faire attention et il faut rester dans une certaine élégance et sobriété.

Pour plus d’informations, notamment tarifaires, sur le King Fahd Palace de Dakkar cliquez-ici.

King Fahd Palace Hotel

L’art de recevoir au King Fahd Palace Hotel

 







Pour ne rater aucune actualité concernant l’hôtellerie de luxe, n'hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter
Partager
A propos de Laurent Delporte
Laurent Delporte

Expert en hôtellerie haut de gamme (4 étoiles) et luxe (5 étoiles & Palace), conférencier et consultant

(1) Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *