Entretien avec Philippe VAURS fondateur d’Elegancia Hotels

Philippe est un alchimiste de l’hôtellerie. Il est l’un des influenceurs sur salon EQUIPHOTEL. Il investit dans des hôtels, qu’il transforme et même métamorphose grâce à des architectes qu’il sélectionne avec soin et originalité. Il a bouleversé une partie de l’hôtellerie parisienne en créant des boutiques hôtels (Seven, Hidden, One By five…) au style très différent et doté d’un supplément d’âme. Fondamentalement positif, il manage ses équipes avec respect et cherche à révéler en eux le meilleur d’eux-mêmes.

Je l’ai rencontré lors de l’inauguration d’Off Paris Seine, l’unique hôtel & bar lounge sur la Seine à Paris, entre la gare de Lyon et d’Austerlitz. Cet hôtel sur l’eau vient compléter l’offre d’Elegancia hôtel. C’est sans aucun doute pour moi l’événement hôtelier de l’année n’en déplaise à certains. Personne auparavant avait pensé ou osé un tel type d’hôtel. Cet hôtel va contribuer au rayonnement de la capitale dans le monde. Je vous invite à le découvrir mais prenez garde ! Vous vous déconnecterez très vite, c’est très surprenant, et les vagues vous bercent dans un bien-être total ! et croyez-moi, vous ne pourrez que sortir de cet établissement avec le sourire ;-) !!

Je vous laisse découvrir la vision positive de Philippe Vaurs sur l’hôtellerie.

Quel est l’art de recevoir chez Elegancia ? Est-ce que l’art de recevoir à la française est une distinction supplémentaire ?

L’art de recevoir, c’est le sourire. C’est d’être heureux. Je suis heureux de recevoir, je suis heureux de vivre, je suis heureux de faire un travail. Juste en un mot, le sourire. Quand tu souris, tu sais déjà recevoir.

Il n’y a pas un art de recevoir à la française ou pas à la française. Il y a un art de recevoir dans les palaces qui ont une certaine dialectique que je ne propose pas dans mes hôtels. Ici, au Bar Off par exemple, lorsque nous formons nos collaborateurs, nous attachons de l’importance à leur faire prendre conscience de sourire, de discuter avec le client, d’avoir une proximité avec lui, de créer un lien, etc.

Pour moi, l’art de recevoir, c’est mettre le client à l’aise, de tout faire pour que le client se sente chez lui. Nous ne sommes pas dans un hôtel où nous allons rentrer au fond des codes ancestraux de l’hôtellerie ; cela nous ne ressemblerait pas. Il s’agit d’un accueil plutôt moderne. Est-ce que c’est un art à la française ? C’est un accueil international, où nous nous sentons chez soi, comment vous recevez vos amis chez vous.

off-paris-seine-1

Chambre Hôtel Off Paris Seine

 

Quelle est votre nouvelle vision de l’accueil ?

C’est vraiment quelque chose auquel je réfléchis. Par exemple, nous avons embauché une polonaise qui vient de commencer aujourd’hui, et elle est belle comme un cœur, sauf qu’elle ne sait à peine sourire, à peine parler. Je lui demande : « Mais pourquoi ? ». Elle me dit : « Mais parce que je ne maîtrise pas très bien le français, et je ne souhaite pas parler ». Je lui dis : « Fais des fautes. Ça m’est égal. Met toi à l’aise et tout ira bien et souris !

Elle s’est mise à sourire, elle s’est mise à parler, elle a fait des fautes. A mon retour, je l’ai vu et je lui ai dit  « C’est magnifique. Même tes fautes me font plaisirs ! ». Eh bien, c’est gagné. Donc voilà, c’est que les gens soient juste eux-mêmes, et que la technique découle naturellement, et que tu ne te bloques pas avec de micro-problèmes que tu te crées. Cela t’empêche d’avoir une relation naturelle avec l’autre. Et ça, c’est du travail en permanence. Tout à l’heure, je l’ai prise à part, et j’ai dit : « Voilà, je vois que tu changes », et elle a compris, et j’espère qu’elle va changer sur la durée.

Quelle sera pour vous l’hôtellerie dans dix ans ?

Si vous m’avez demandé comment serait l’hôtellerie aujourd’hui, avec tout ce qui se passe, le nouvel entrant qui est Airbnb, je n’aurais pas pu imaginer. Ce dont je suis certain aujourd’hui, c’est que tout bouge, que nous devons être aux aguets. Nous devons être innovant, et être capable de s’adapter. Tout le monde parle que les hôtels se doivent être des lieux de vie, et oui, ça va être des lieux de vie. Et maintenant, c’est un acquis, ce n’est pas que ça.

 L’humain restera le dénominateur commun à tous les hôtels et la clef de différenciation. Si vous avez des gens heureux qui travaillent dans des lieux qui leur plaisent, eh bien ça marchera. Si vous n’avez pas des gens heureux qui travaillent dans des lieux aussi beaux qu’ils aimeraient avoir, ça ne marchera pas. Il va donc falloir continuer à travailler l’humain et faire comprendre aux collaborateurs que nous ne travaillons pas que pour son salaire. Je prends du plaisir dans tout ce que j’entreprends. Plus je prends du plaisir, plus je vais m’améliorer, et si je m’améliore, et bien j’évoluerai naturellement. Il ne faut pas me dire l’inverse : « si je n’ai pas ce salaire-là, je ne fais pas ce travail là ». Il faut changer la mentalité, expliquer aux gens qu’une autre façon d’aborder le travail est possible.

Pour moi, c’est la principale évolution à donner dans les années à venir. Donner du sens à son travail et être considéré par rapport à son travail ; chaque collaborateur est un maillon déterminant. La façon dont il va répondre au téléphone aura une répercussion avec le client. Chaque geste, chaque attitude compte ! Tout le monde en doit prendre conscience.

Après, en ce qui concerne le produit, il y a tellement de créativité qu’aujourd’hui ici, les gens disent que c’est le dernier lieu à la mode, mais demain ça sera en face. Et puis après demain ça sera à côté. Les lieux sont amenés à évoluer régulièrement.

1128761

Chambre standard à l’Hôtel Off Paris Seine

 

A propos de l’hôtel Off :

Plus qu’un hôtel, le OFF est un lieu unique qui compte 58 chambres dont 4 suites, un bar avec une offre de restauration légère, un bassin, une marina et une terrasse à quai éphémère de 400m2.

L’architecture du OFF a été pensée par Gérard Ronzatti de Seine Design. Sa structure adopte une ligne discrète permettant de préserver la vue sur la Seine. D’élégantes toitures en zinc inclinées vers le ciel ouvrent les façades vers l’extérieur tandis qu’une verrière centrale laisse entrer la lumière naturelle au cœur du bâtiment.

Le OFF dispose de 4 suites. Les deux suites Horizon, en tête de bateau, sont idéales pour découvrir Paris sous un nouvel angle grâce à leur double exposition dominant la Seine. Les deux suites Designers, monochromatiques, ont été décorées par Maurizio Galante et Tal Lancman dans des tonalités Sunset ou Silver marquant leur personnalité.







Pour ne rater aucune actualité concernant l’hôtellerie de luxe, n'hésitez pas à vous inscrire à ma newsletter
Partager
A propos de Laurent Delporte
Laurent Delporte A

(1) Commentaire
  1. Merciiiiii

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *